Chronique | La Passe-Miroir, tome 2 : Les Disparus du Clairdelune de Christelle Dabos

  • Note : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ 61r5auqnpyl-_sx342_bo1204203200_

Titre : La Passe-Miroir, tome 2 : Les Disparus du Clairdelune
Auteurs : Christelle Dabos
Editeur : Gallimard jeunesse
Parution : 29 octobre 2015
Pages : 560
Prix : 19 €

Résumé :
Fraîchement promue vice-conteuse, Ophélie découvre à ses dépens les haines et les complots qui couvent sous les plafonds dorés de la Citacielle. Dans cette situation toujours plus périlleuse, peut-elle seulement compter sur Thorn, son énigmatique fiancé ? Et que signifient les mystérieuses disparitions de personnalités influentes à la cour ? Sont-elles liées aux secrets qui entourent l’esprit de famille Farouk et son Livre ? Ophélie se retrouve impliquée malgré elle dans une enquête qui l’entraînera au-delà des illusions du Pôle, au cœur d’une redoutable vérité.

Il y a quelques mois, je postais ma chronique à propos des Fiancés de l’hiver. Une chronique élogieuse, mais finalement très scolaire. En la relisant, je trouve qu’elle ne rend pas hommage au roman comme il se doit. Je pense en effet que je n’avais pas encore le recul nécessaire sur ma lecture pour réaliser à quel point ce premier tome m’avait plu : c’est avec le temps que j’ai pris conscience qu’il s’agissait d’un coup de coeur comme rarement j’en ai eu. Je mourrais d’envie de lire la suite, et en même temps je n’osais pas. Je savais qu’une fois Les disparus du Clairdelune achevé, il me faudrait attendre des mois avant de pouvoir me plonger dans le tome suivant, c’est pourquoi je retardais ma lecture autant que possible.

J’ai lu Les disparus du Clairdelune en deux jours, et cette lecture m’a fait prendre conscience d’une chose : vous pouvez être le plus overbooké du monde, avoir l’impression de ne pas avoir une minute à consacrer à la lecture, si vous voulez vraiment trouver le temps, vous le trouverez !  Durant ces deux jours, La Passe-Miroir a envahi mon quotidien. Les personnages ne sortaient plus de mon esprit, j’y pensais tout le temps. Toute la journée, je n’attendais qu’une seule et unique chose : rentrer chez moi pour pouvoir me replonger dans le fabuleux univers créé par Christelle Dabos.

Outre ce dernier, pour moi, ce sont incontestablement les personnages qui font la richesse du roman. J’ai rarement vu des personnages aussi travaillés. C’était déjà le cas dans le premier tome, mais je trouve que ça l’est encore davantage dans celui-ci. Tous les personnages secondaires dont on ne savait pas grand chose dans les Fiancés de l’Hiver sont ici développés. Ophélie et Thorn, quant à eux, sont plus attachants que jamais. Que ce soit face à Thorn ou Farouk, Ophélie s’affirme vraiment dans ce tome. Des disparitions inexpliquées surviennent au Clairdelune. Malgré elle, notre héroïne va donc se retrouver plongée au coeur d’une affaire bien mystérieuse … Je m’identifie vraiment à son personnage, et j’ai aimé voir son évolution depuis le premier tome. La jeune fille parvient à se tirer de toutes les situations, même les plus saugrenues : c’est donc un réel plaisir de suivre ses aventures.

Ce tome a définitivement confirmé mon amour pour Thorn, à tel point que ce dernier fait aujourd’hui parti de mes personnages masculins favoris. C’est un personnage complexe, tout en nuances. Froid et peu avenant, il est très difficile de savoir ce qu’il ressent. Pourtant, si le lecteur n’arrive pas vraiment à le cerner, c’est finalement ce qui le rend si attachant. L’auteur a beau écrire noir sur blanc qu’il est loin d’être attirant, sa personnalité se suffit à elle-même et suffit à me faire fondre. J’aime ce personnage pour son côté mystérieux, son humilité et sa droiture d’esprit. Thorn est particulièrement intelligent, mais à aucun moment il ne cherche à s’en vanter. Il sait quelles valeurs sont les siennes et ne s’en détournerait pour rien au monde.

Fascinée, Ophélie considéra longuement Thorn dans la lumière crépusculaire de la lampe. Jamais elle ne s’était sentie aussi petite et jamais il ne lui avait paru aussi grand : qu’elle se tînt debout et lui plié en trois sur sa chaise n’y changeait rien. Cet homme était un parfait misanthrope, mais il pensait tout en plus vaste, en plus profond que les autres, bien au-delà de ses intérêts personnels.

Je n’attends donc qu’une seule et unique chose : que le troisième tome sorte pour pouvoir me replonger dans cet univers fabuleux et retrouver les personnages auxquels je me suis tant attachée !

Et vous, avez vous lu ce troisième tome de Phobos ? Si oui, qu’en avez vous pensé ?
Si non, comptez vous le lire ?
Votre avis m’intéresse ! :)

Publicités

4 réflexions sur “Chronique | La Passe-Miroir, tome 2 : Les Disparus du Clairdelune de Christelle Dabos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s