Chronique | Paranoïa de Melissa Bellevigne

  • Note★★★★☆couv3133416

Titre : Paranoïa
Auteur : Melissa Bellevigne
Editeur : Hachette (collection Black Moon)
Parution : 30 mars 2016
Pages : 320 pages
Prix : 17 €

Résumé :
Lisa Hernest, psychiatre reconnue et spécialisée dans les cas complexes, est appelée à l’institut Saint-Vincent en périphérie de Paris. Elle va rencontrer sa nouvelle patiente : Judy Desforêt, internée pour paranoïa et hallucinations, enceinte de cinq mois et qui refuse de s’alimenter. Dès leur première entrevue, la jeune femme qui se dresse face à elle fait preuve d’une lucidité et d’un discernement hors pair. Et plus Lisa apprend à la connaître, plus leurs échanges viennent ébranler ses propres convictions professionnelles et personnelles. Entretien après entretien, Judy lui livre en effet une curieuse histoire, mêlant sa quête des racines familiales en Angleterre et la présence invisible d’un certain Alwyn, cet homme qui la suit comme son ombre depuis toujours. Progressivement, Lisa, l’experte en âmes fragiles, sent ses moyens lui échapper et Judy la déstabiliser. À mesure que les mois passent et que la date de l’accouchement approche, la vérité semble s’éloigner.

Je dois bien avouer que je ne comptais pas du tout lire Paranoïa au départ, je ne suis pas les vidéos de Melissa et le synopsis ne m’attirait pas vraiment. Cependant, à force d’en entendre parler partout, j’ai eu envie de me faire mon propre avis à son sujet et me suis donc laissée tenter.

Dans ce roman, on va retrouver Judy, une jeune fille brisée atteinte de troubles paranoïaques et d’hallucinations. Judy est enceinte de plusieurs mois, mais refuse de s’alimenter, et aucun psychiatre ne parvint à lui faire entendre raison. Lisa, spécialiste de ce genre de cas difficiles, est alors appelée pour tenter d’aider Judy, et une réelle relation se noue entre les deux femmes – un peu trop rapidement à mon goût d’ailleurs. Cependant, cela nous permet d’être tout de suite plongés dans l’histoire, sans que le début ne traîne en longueur. Le récit alterne les points de vue de Lisa et de Judy, ce que j’ai beaucoup apprécié, bien que j’ai trouvé celui de Lisa moins présent, et surtout moins approfondi, un peu comme si ses chapitres avaient simplement pour but de remplir des pages. Les passages concernant Lisa ont lieu dans le présent, alors qu’elle apprend à découvrir et apprivoiser sa patiente. On réalise qu’elle se sent très concernée par l’histoire de Judy, peut-être même trop, et cela va jusqu’à menacer ses relations avec ses proches. Encore une fois, j’ai trouvé que la vie de Lisa aurait pu être plus développée. Les passages du point de vue de Judy s’apparentent davantage à des flashbacks, on apprend comment Judy en est arrivée là à travers le récit qu’elle fait à Lisa. J’ai préféré les passages du point de vue de Judy, plus intéressants et riches en révélations. Ce sont eux qui font avancer l’histoire.

Je n’irai pas jusqu’à dire que c’est une lecture addictive, cependant ce fut vraiment une histoire très prenante. Au fur et à mesure que le récit avance, on se demande où l’auteur va bien pouvoir nous emmener, à la fois curieux et intrigué du tournant que va prendre l’histoire. Je l’ai terminé en deux jours tant j’ai été emportée par l’ambiance du récit. Melissa a une plume magnifique, elle utilise un vocabulaire très poétique et arrive à nous transporter dans son univers. Les personnages qu’elle dépeint sont tous attachants, que ce soit Judy ou Lisa, mais aussi Alwyn. J’ai eu un réel coup de coeur pour ce personnage, à la fois très mystérieux, mais aussi extrêmement protecteur et doux envers Judy.

En regardant quelques chroniques je me suis aperçue que beaucoup avaient été déçus par l’aspect psychiatrique du roman, le jugeant mal traité. Or, je ne m’y connais très peu (voir pas du tout) dans ce domaine et c’est donc un défaut que je n’ai absolument pas ressenti lors de ma lecture, bien que je puisse cependant comprendre que les personnes familières avec ce milieu aient été dérangées par le manque d’information et de cohérence de l’auteur à ce niveau là. En tout cas, c’est sûr que contrairement à ce qu’on pourrait penser, l’histoire est loin d’être centrée sur l’étude psychiatrique et la maladie de Judy. Vers la fin, le roman prend même un tournant surnaturel, ce qui m’a vraiment surprise, dans le bon sens du terme d’ailleurs. En parlant de la fin, je dois bien être la seule, mais personnellement je l’ai vraiment trouvée parfaite. Cette fin abstraite collait tout à fait avec l’esprit du reste du roman, et le fait qu’elle soit (très) ouverte ne m’a absolument pas dérangée ; en effet, je n’ai pas refermée le livre frustrée, mais heureuse de pouvoir imaginer le dénouement qui me plaisait. A l’inverse de beaucoup d’autres, j’espère d’ailleurs qu’il n’y aura pas de second tome car je pense que l’histoire peut s’arrêter ici sans problème, et ça ne me gêne pas que certaines de mes questions soient restées sans réponses, bien au contraire.

Malgré quelques petits défauts, Paranoïa fut donc une très belle découverte pour moi. C’était très différent de ce à quoi je m’attendais, mais j’ai cependant beaucoup aimé et c’est une lecture que je re-conseille. Je trouve que pour un premier roman, c’est extrêmement prometteur, et j’ai hâte de retrouver la plume de Melissa dans d’autres histoires – mais pas de tome 2, par pitié !

Et vous, avez vous lu Paranoïa ? Si oui, qu’en avez vous pensé ? Si non, comptez vous le lire ? Votre avis m’intéresse ! (:

Publicités

Une réflexion sur “Chronique | Paranoïa de Melissa Bellevigne

  1. Pingback: Sommaire | La balade des mots

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s