Chronique | La Vague de Todd Strasser

  • Note★★★★☆
    couv752703031

Titre : La Vague
Auteur : Todd Strasser
Editeur : Pocket
Parution : 19 février 2009
Pages : 221 pages
Prix : 6.20 €

Résumé :
Cette histoire est basée sur une expérience réelle qui a eu lieu aux Etats-Unis dans les années 1970.
Pour faire comprendre les mécanismes du nazisme à ses élèves, Ben Ross, professeur d’histoire, crée un mouvement, la Vague, aux slogans fort : « La Force par la Discipline, la Force par la Communauté, la Force par l’Action ». En l’espace de quelques jours, le paisible lycée californien se transforme en microcosme totalitaire : avec une docilité effrayante, les élèves abandonnent leur livre arbitre pour répondre aux ordres de leur nouveau leader, lui-même totalement pris par son personnage. Quel choc pourra être assez violent pour réveiller leurs consciences et mettre fin à la démonstration ?

La Vague est, je pense, un des films qui m’a le plus marqué, en grande partie car l’histoire est inspirée de faits réels. Après l’avoir visionné une fois, puis deux, je me suis donc décidée à acheter le livre. Il est très court – moins de 200 pages de texte – et en une soirée j’en étais venue à bout.

L’histoire se passe aux Etats-Unis en 1969, dans un lycée californien (contrairement au film qui a lieu en Allemagne). Face à des élèves persuadés qu’une dictature n’est plus possible après la Seconde Guerre mondiale, Ben Ross décide d’en réaliser l’expérience en créant un mouvement dont il est le chef : « La Vague ». Le professeur veut prouver aux jeunes adolescents qu’ils sont en réalité bien plus influençables qu’ils ne le pensent. Cela commence par des règles afin d’instaurer une discipline au sein du groupe, puis viennent l’uniforme, le slogan. Cependant, Ross commence sans même s’en rendre compte à se prendre au jeu, et les élèves refusant d’intégrer « La Vague » se retrouvent exclus par les autres, voir persécutés. Cette affaire va alors prendre un tournant des plus extrêmes.

Comme je l’ai déjà précisé, La Vague est une histoire tirée d’une expérience ayant réellement eue lieu, et autant le film est assez romancé, autant le livre est vraiment fidèle aux faits et raconte les choses telles qu’elles se sont passées. Les élèves, persuadés d’avoir retenu une leçon des erreurs commises pendant la Seconde Guerre mondiale, vont finalement se retrouver embrigadés à leur insu. A la base, « La Vague » est pourtant un groupe qui transmet de belles valeurs d’entraide et de partage, dans lequel chacun peut se reconnaître et trouver sa place ; il est donc difficile de déterminer à quel moment cela commence à dégénérer, mais en tout cas, on réalise bien que la frontière entre le bien et le mal est très mince, voire floue. C’est un mouvement sans aucune idéologie : les membres ne défendent aucunes idées, ils n’ont rien en commun si ce n’est leur appartenance au groupe. Ainsi, cela montre bien que n’importe qui peut se retrouver embrigadé dans un régime totalitaire.  La Vague est un récit qui nous fait réfléchir, nous pousse à remettre en cause nos certitudes et surtout à nous poser les bonnes questions. Comment aurions-nous réagi à leur place ? Aurions-nous réussi à prendre du recul sur la situation, aurions-nous compris le danger que représente « La Vague » ? Et même si nous y étions parvenus, aurions-nous eu le courage de nous y opposer, aurions-nous contesté ? Des questions qui restent malheureusement sans réponses : personne ne peut savoir comment il réagirait face à cette situation, et finalement c’est peut-être ça le plus inquiétant.

Le style est banal et très simpliste. L’auteur ne recherche pas d’effets de style particuliers, il se contente de nous conter les faits tels qu’ils sont. Ce côté très direct peut être ressenti comme un défaut mais aussi comme une qualité par le lecteur, selon l’approche qu’il recherche. Personnellement, c’est une narration que j’ai apprécié : elle nous permet de nous concentrer sur l’essentiel du récit, le rendant ainsi accessible au plus grand nombre.

Je pense qu’il faut avoir étudié La Vague, que ce soit par le biais du film ou du livre. De mon côté, j’avoue avoir eu une préférence pour le film, à travers lequel je me suis davantage attachée aux personnages de l’histoire et que j’avais trouvé plus poignant encore que le roman. Cependant, je pense que le livre se rapproche davantage de la réalité, et il fut donc intéressant de le lire en complément. A vous donc de voir quel support vous préférez, mais en tout cas il vous faut connaître cette histoire, par laquelle on ne peut que se sentir concernés et qui nous ouvre les yeux sur un certain nombre de choses.

Et vous, avez vous lu La Vague ? Si oui, qu’en avez vous pensé ? Si non, comptez vous le lire ? Votre avis m’intéresse ! (:

Publicités

3 réflexions sur “Chronique | La Vague de Todd Strasser

  1. Pingback: Sommaire | La balade des mots

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s