Chronique | Un cri dans la nuit de Mary Higgins Clark

  • Note★★★★☆couv3264865

Titre : Un cri dans la nuit
Auteur : Mary Higgins Clark
Editeur : France Loisirs
Parution : 1994
Pages : 352 pages
Prix : inconnu (ancienne édition achetée en brocante)

Résumé :
Jeune divorcée, Jenny se débat dans la vie pour élever ses deux petites filles. Lorsqu’elle fait la connaissance du beau, riche et irrésistible Erich Krueger, Jenny a le coup de foudre. Après une cour hâtive, Erich l’épouse et l’emmène avec ses filles chez lui, au Minnesota, dans une maison de rêve. Mais le bonheur de Jenny ne dure pas longtemps. Bientôt survient une succession d’incidents étranges et terrifiants ; le conte de fées tourne à l’épouvante…

Il est vrai que la période de Noël est tout à fait propice à la lecture des romans de Mary Higgins Clark, c’est vraiment le genre de thriller dans lesquels j’avais envie de me plonger ces derniers jours. Et comment vous dire qu’Un cri dans la nuit m’a fait passer une bonne nuit blanche tant j’ai été absorbée par cette histoire …

On va retrouver Jenny, une jeune femme qui élève seule ses deux petites filles. Sa vie bascule le jour où elle fait la connaissance du célèbre peintre Erich Krueger, dont elle tombe instantanément amoureuse. Le coup de foudre s’avère vite réciproque et Erich la demande en mariage, avant de l’inviter à venir vivre avec lui dans sa maison du Minnesota. Jenny accepte de suite, autant pour elle que pour ses filles, à qui elle espère ainsi offrir une meilleure vie. Or, si dans un premier temps la jeune femme est ravie, des évènements étranges vont commencer à s’y produire, et Jenny va vite déchanter …

Je ne peux malheureusement pas trop vous en dire sur ce roman, il faut vraiment découvrir l’histoire au fil de sa lecture. On a ici affaire à une ambiance des plus angoissantes, à l’image des autres oeuvres de Mary Higgins Clark que j’ai pu lire. On suit toute l’histoire à travers le regard de Jenny, ce qui fait qu’on est aussi perdus qu’elle face aux évènements qui surviennent. C’est une atmosphère très malsaine qui pèse sur le récit, dès le début le lecteur sent que cela va mal tourner et n’attend qu’une seule chose : savoir ce qui va se passer. Un tas de mystères, de doutes, de questions restent sans réponses. On ne sait quoi penser, on se met à la place de Jenny. Qu’aurions nous fait à sa place, comment aurions-nous réagi  ? Tout comme elle, on ne sait plus à qui faire confiance, et on en vient même à douter de ce qu’elle nous dit. Jenny est très naïve et innocente, et j’avoue que dans un premier temps je n’ai pas compris ce qui la retenait de prendre ses jambes à son coup. Cependant, j’ai été très touchée par l’amour qu’elle porte à ses deux petites filles : on se rend vite compte qu’elle rechercher leur bonheur avant tout, et c’est aussi pour cela qu’elle refuse de partir. C’est une jeune femme très attachante, et on ne peut que s’identifier à elle. Parce qu’au fond, toutes ces horreurs pourraient très bien nous arriver, à nous aussi … 

Le suspense, d’abord très léger, s’amplifie à mesure que l’on avance dans l’histoire pour devenir de plus en plus présent, voir oppressant : on a ce besoin de connaître la fin, pour enfin comprendre ce qu’il se passe. Alors oui, Un cri dans la nuit n’est peut-être qu’un thriller banal parmi tant d’autres, et bon nombre de lecteurs avertis ne seront pas surpris par sa fin. Cependant, moi il m’a beaucoup plu, j’ai trouvé le dénouement cohérent et très bien amené. Je ne m’attendais pas du tout aux révélations finales, j’étais partie dans quelque chose de beaucoup plus tordu, et même un peu tiré par les cheveux je l’avoue.
Or, à partir du moment où la fin d’un thriller m’a surprise, je considère que l’auteur a réussi son pari, et c’est le cas ici.

Même si cette histoire manque peut-être d’originalité,  il faut garder à l’esprit qu’elle n’est plus toute récente. Personnellement, cela reste donc un roman qui m’a beaucoup plu et si vous recherchez un thriller sympathique avec une ambiance bien stressante, je pense qu’il pourra tout à fait convenir et ne peux que vous le conseiller.

Et vous, avez vous lu Un cri dans la nuit ? Si oui, qu’en avez vous pensé ? Si non, comptez vous le lire ? Votre avis m’intéresse ! (:

 

 

 

 

Publicités

4 réflexions sur “Chronique | Un cri dans la nuit de Mary Higgins Clark

    • Oh c’est vraiment adorable, d’autant plus que j’ai été très peu, voir quasiment pas active sur mon blog ce mois-ci … Mais je compte bien me rattraper en 2016 😉
      Et ben, tu en as de la chance de lire ça pour les cours ! J’ai aussi lu Nous n’irons plus au bois, c’est d’ailleurs le premier roman de M.J. Clark que je lisais, et je l’ai également beaucoup aimé, même si je pense tout de même avoir préféré Un cri dans la nuit.

      J'aime

  1. Pingback: Sommaire | La balade des mots

  2. Pingback: Bilan | Mes lectures du mois de décembre 2015 | La balade des mots

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s