Chronique | Le théorème des Katherine de John Green

  • Note : ★★★☆☆

Titre : Le théorème des Katherine
Auteur : John Green
Editeur : Nathan
Parution : 2 janvier 2015
Pages : 283 pages
Prix : 16.90€

Résumé :
Dix-neuf fois Colin est tombé amoureux. Dix-neuf fois la fille s’appelait Katherine. Pas Katie, ni Kat, ni Kittie, ni Cathy, et surtout pas Catherine, mais KATHERINE. Et dix-neuf fois, il s’est fait larguer.

Après Nos étoiles contraires qui m’avait beaucoup plu, je voulais vraiment lire un autre roman de John Green. J’ai donc acheté Le théorème des Katherine, car même si les avis au sujet de ce livre sont plutôt mitigés et que beaucoup ne l’ont pas aimé, le résumé me donnait personnellement très envie.

Le personnage principal, Colin, est un surdoué de dix-sept ans, et il a comme particularité de n’être sorti qu’avec des filles nommées Katherine au cours de sa vie. Détruit après sa rupture avec la dix-neuvième Katherine, il décide de partir en voyage avec son meilleur ami Hassan et ils finissent par atterrir dans une petite ville paumée des Etats-Unis du nom de Gutshot, où il va faire la connaissance de la jolie Lindsey. Colin, en tant que surdoué, va alors avoir une idée de génie et inventer le « théorème des Katherine », un théorème capable de prédire la date de ses ruptures avec les Katherine.

Colin est un personnage un peu en marge de la société et comme tout les surdoués, c’est un garçon assez spécial. J’aurai pu être touchée par son côté sensible, mais au final j’ai plus été énervée qu’autre chose par son ego surdimensionné et sa manière de penser que le monde entier tourne autour de lui. Pendant une grosse partie du roman, on le voit se lamenter sur son sort et déprimer à cause de sa rupture avec la dix-neuvième Katherine sans que l’histoire n’avance vraiment. Je lui ai préféré le personnage d’Hassan, beaucoup plus sympathique, même si il était parfois un peu lourd. Lindsey, elle, est une fille plutôt banale à côté de ces deux phénomènes, elle donne un côté plus réaliste à cette histoire loufoque. Il est facile de s’identifier à elle, elle est simple et pleine de joie de vivre.
Néanmoins, je ne me suis attachée à aucun des personnages du livre, et même si chacune de leurs personnalités étaient plutôt bien approfondie, ils ne m’ont pas touchée plus que ça.

L’idée de départ de cette histoire est particulièrement originale, mais quand on y réfléchit bien il ne s’y passe pas grand chose non plus, tout tourne vraiment autour de Colin et de son théorème. Le style est agréable et c’est un livre qui se lit bien, même si j’ai trouvé qu’il y avait certaines longueurs et que j’avais hâte de le terminer vers la fin.
J’ai bien aimé les schémas, les petites annotations et les descriptions en bas de pages qui apportaient des détails sur l’invention du théorème. Cela donnait vraiment un côté décalé au roman. Il y a dix-neuf chapitres dans ce livre, c’est une référence aux dix-neufs Katherine avec lesquelles Colin est sorti. J’ai trouvé ça plutôt sympa également. 

Ce livre est défini comme un roman « humour » sur le site de l’éditeur. Alors autant être honnête, ce n’est clairement pas un livre qui m’a fait rire aux éclats, mais néanmoins certains passages m’ont fait sourire, notamment grâce au côté décalé des personnages et de l’histoire.

J’ai l’air assez négative dans cette chronique, mais au final j’ai quand même passé un bon moment avec cette lecture, même si je m’attendais à beaucoup mieux de la part d’un roman de John Green. Le livre fait près de trois cents pages, et au final quand on y réfléchit bien, il ne s’y passe pas grand chose. Cela reste une histoire sympa que j’ai bien aimé, mais bon elle n’est clairement pas à la hauteur de Nos étoiles contraires, par exemple.
Néanmoins cela ne va pas m’empêcher d’acheter d’autres livres de l’auteur, la plupart sont en effet toujours dans ma wish-list ! D’ailleurs si vous en avez un à me conseiller en particulier, j’attends vos suggestions …

Et vous, avez vous lu Le théorème des Katherine ? Si oui, qu’en avez vous pensé ? Si non, comptez vous le lire ? Votre avis m’intéresse ! (:

Publicités

Une réflexion sur “Chronique | Le théorème des Katherine de John Green

  1. Pingback: Sommaire | La balade des mots

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s